C’est pourquoi, désormais, la mer est salée. Il s’offre pour les accompagner. Voyez la Chasse Sauvage au cours de laquelle il s’élance irrésistiblement à travers les airs, chevauchant Sleipnir, qui glisse plus qu’il ne trotte ou galope ; il est vraiment aérien : Farmatýr (« dieu des cargaisons »), Hangi (« Pendu »), Hangatýr (« dieu des pendus »), Hangaguð (« dieu des pendus »), Váfuðr (« vagabond »), Svipall (« d’apparence changeante »), Fjölnir (« multiforme », « polymorphe »), il est une sorte de dieu « courant d’air » (Viðrir : « vent »). 188Elle note qu’au cours des dernières décennies on a accordé une attention plus soutenue qu’auparavant aux divinités féminines, ce qui peut se comprendre dans une société où le féminisme (pas toujours de bon aloi, selon moi !) Le mot « samedi » dans les cinq langues langues scandinaves signifie « jour de lessive ». Ceci fait l’objet d’une introduction en prose. Eglise Evangélique Vie Nouvelle Paris 82,015 views On sait en effet que depuis les Étymologies d’Isidore de Séville, les auteurs médiévaux étaient très férus de ce genre d’étiologie. cit. N’oublions pas que les écrivains médiévaux islandais en général, et Snorri en particulier, s’efforcent dans leurs écrits historiques ou littéraires (la frontière étant mal définie, notamment pour toute une série de sagas, les konungasögur ou sagas des rois de Norvège) de rationaliser les mythes païens et de présenter les hommes et les faits dans une perspective augustinienne de l’Histoire du Salut. Alors les dieux s’assirent sur leurs sièges et débattirent la question, se demandant l’un l’autre qui avait conseillé de marier Freyja dans le monde des géants, de détériorer l’air et le ciel en en enlevant le soleil et la lune pour les donner aux géants. Les fiancés sont censés prêter serment sur Vár, déesse secondaire qui préside aux noces. Ce mythe est relaté moins brièvement infra (Cf. Þórr est à la fois courageux et coléreux. Il essuie tout d’abord un refus de la part du serviteur Eldir, puis se targue d’être le frère de sang d’Óðinn jusqu’à ce que, finalement, de mauvaise grâce, on le laisse rentrer. © Presses universitaires du Septentrion, 2009, Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540. )/Tyr, passant de la première fonction, celle de souveraineté (dieu du ciel et de la lumière, trônant sur les nuées), à la seconde, devenant ainsi un dieu de la guerre, a été comparé à Mars par les Romains. Ce dernier est averti par trois sylphides qui lui révèlent que Baldr est un demi-dieu. There are no approved quotes yet for this movie. Aton: dieu représentant le disque solaire, adoré par Aménophis IV Akhenaton. Or, lorsque Baugi accompagne Óðinn chez Suttungr, ce dernier refuse de céder la moindre goutte d’hydromel, de sorte qu’Óðinn est obligé de recourir à un stratagème : avec le foret Rati (« perceur »), Baugi perce un trou dans la montagne à travers lequel Óðinn, sous la forme d’un serpent, se glisse auprès de Gunnlöð. Elle voyage dans de nombreux pays à la recherche d’Óðr. Signalons ici l’erreur de R. Wagner, qui appellera Loki Loge), qui dévore tout, Þjálfi s’est fait surclasser à la course de vitesse par la pensée, dont le nom est Hugi. Nous avons dit supra que l’une des étymologies du mot ase fait appel au mot sanskrit asu- qui signifie « force vitale, vie, existence active, vitalité ». 138La plus éminente est Frigg. « Óðinn d’après Saxo Grammaticus et les sources noroises : étude comparative », in Beiträge zur nordischen Philologie 15, Festschrift Oskar Bandle, Helbing/Lichtenhahn, p. 143-157 et Pierre Renauld-Krantz, « Odin », dans Les Vikings et leur civilisation. 161Après le meurtre de son père, elle se dirige vers la demeure des Ases pour le venger. 74Þórr demeure donc le dieu de la force guerrière et de la bravoure. Frigg est une déesse de l'amour, protectrice du mariage et de la maternité. Ces créatures féminines seraient sorties de la mer peu de temps après que les dieux eurent commencé à exister. Le Poème anglo-saxon de Béowulf, traduit par Daniel Renaud, Lausanne, éd. Certains chercheurs voient également dans cette scène une illustration du hiéros gamos (« mariage sacré ») d’un dieu du ciel avec la Terre-Mère. Par auteurs, Par personnes citées, Par mots clés, Par géographique. vn ljúka. « Le second fils d’Óðinn est Baldr, dont on ne peut dire que du bien ; c’est le meilleur de tous et tous font son éloge ; il a si belle apparence et il est tellement clair qu’un rayonnement émane de lui... il est le plus sage des Ases, le plus habile dans l’art de parler, le plus aimable, mais il a la particularité de prendre des décisions qui n’ont qu’un temps. 199Ingunn Ásdisardóttir en conclut que Frigg et Freyja sont, et ce dès l’origine, deux déesses indépendantes qui ne remontent pas à une source commune. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Beowulf, Widsiþ, Gesta Danorum, Skjöldungasaga). Il était souvent représenté avec un grand phallus. Les dieux font alors appel à Þórr pour chasser l’impudent, mais comme Hrungnir n’est pas armé, on décide qu’un duel aura lieu à Grjótunargarðr (« demeure du jet de pierres »). Le culte voué à Freyr comporte un aspect phallique très net, par exemple dans le Völsa þáttr, récit inséré dans la « Saga de St Óláfr », on nous décrit la visite du roi Óláfr dans une famille de paysans arriérés qui vénèrent un pénis de cheval (völsi). Ajoutons que les Égyptiens, les Chinois et les Grecs comptèrent d’abord les jours par décades. Tout ceci conduit Ólafur Briem à penser que le centre de gravité du culte des Ases a toujours été localisé plus au sud que celui des Vanes. Privés d’Iðunn et de ses pommes, les Ases commencent à vieillir. Ce récit est influencé par la tradition d’Ari le Savant (1067-1148), prêtre et premier historien islandais. Chiefly used in the conditional: on lui donnerait le bon Dieu sans confession ("you'd think that butter wouldn't melt in his mouth"), je lui aurais donné le bon Dieu sans confession. Mais ils ne réussissent pas à mettre à l’eau ce bateau et appellent à leur aide une géante, Hyrokkin (« celle qui a été rapetissée par le feu »). Les Grímnismál 36 nous livrent une þula (liste figurant dans un poème) des valkyries : Hrist (« celle qui secoue ou bouleverse »), Mist (« brume »), Skeggjöld (« temps des haches » : combat), Skögul (« qui se porte en avant »), Hildr (« combat »), Þrúðr (« vigueur »), Hlökk (« éclat »), Herfjötur (« qui paralyse l’armée ou le guerrier » : « Il existe, dans les sagas, un substantif masculin, herfjöturr, qui s’applique au combattant soudain saisi de paralysie ou incapable de fuir, de se défendre, voir de faire le geste qui le sauverait. Voici la strophe 138 : « Je sais que je pendisÀ l’arbre battu des ventsNeuf nuits pleines,Navré d’une lanceEt donné à Óðinn,Moi-même à moi-même donné,À cet arbreDont nul ne saitD’où proviennent les racines. Dans certains articles, elles seraient à la base de puissantes géantes[réf. Son culte préfigure le monothéisme. Alfred Ebenbauer, « Ursprungsglaube » dans Gedenkschrift f. H. Güntert, Innsbruck 1974, p. 233-249) : la tristesse de la Création après la disparition du soleil (Baldr possède des traits solaires évidents : il est blond et de lui émane un rayonnement) expliquerait cette quête éperdue. Toutes deux se fondent sur le la version du Codex Regius (l’un des principaux manuscrits) qui contient la leçon suivante : 108« ... qu’ils demeureraient neuf nuits à Þrymheimr et les neuf autres à Nóatún ». La grande salle qu’il possède est Bilskírnir (« éclat scintillant »). 131Heimdallr se bat contre Loki pour la possession du collier des Brísingar (collier de Freyja). Hymir capture deux baleines. En cabine d'une 22200 entre Lyon Part Dieu et Grenoble (Bourgoin Jallieu) About This Website RW Central is a community driven source of information and high quality free and paid content for trains games/simulations. bibliographie). Hôtel-Dieu de Québec is the main place of prayer of the Augustinian sisters. Il s’agirait en fait de la divinisation progressive du poète norvégien Bragi inn gamli Boddason (Bragi l’Ancien, fils de Boddi), qui a vécu au IXe siècle et dont déjà les auteurs des Hákonarmál et des Eiríksmál (fin du IXe s.) font saluer l’entrée à la valhöll. More about ">Besse. L’étymologie de Hel nous met en relation avec le vieux-haut-allemand helan : « cacher » et le vieil-irlandais cuile : « cave », racine indo-européenne *kel-, suggérant par là que le mort est dérobé à la vue des vivants. Cf. Fils de Loki, mis en pièce par son frère Vali transformé en loup par les Ases. Þórr est invité à essayer sa force. 38Il est l’archétype du père (Alföðr, Alfaðir, Veratýr : « dieu des hommes », Fimbultýr : « dieu terrible », Ómi : « le suprême », Hárr : « le Très-Haut », Valföðr : « père des occis », Sigföðr ou Sigfaðir ou Sigtýr : « père de la victoire ». Fulla (« abondance ») est la confidente de Frigg. 1Pour reprendre la théorie des trois fonctions de Georges Dumézil, je dirai que les Ases représentent la souveraineté et la force, avec les principaux dieux que sont Óðinn, Þórr, Baldr, Heimdallr, Ullr, Týr et Loki. La saga dit de lui qu’il se métamorphose en loup le soir et qu’il est alors très dangereux. 96Dans l’épopée anglo-saxonne de Beowulf (VIIIe siècle ; Cf. La fille de Þórr, Þrúðr, a été promise au nain Alvíss (dont le nom signifie : « tout-savant ») et celui-ci se présente chez Þórr pour célébrer les noces. Il est banni pour dix ans par les autres Ases à cause de cette ignominie. Créateur des hommes, père de, Déesse de la tempête, déesse de la mort pour les marins. 47La poésie est pour cette raison appelée « semence du bec de l’aigle » ou « bière d’Óðinn » (« servir la bière d’Óðinn » équivaut à « débiter un poème ») chez les scaldes. Il est riche et peut procurer à ceux qui les lui demandent l’abondance de terres et autres biens. Nous avons là affaire à l’évhémérisme de Snorri Sturluson. Georges Dumézil voit dans ses neuf mères les neufs vagues que sont les filles d’Ægir, mais le Hyndluljóð 35-37 dit que ce sont des géantes. Un autre détail étonnant fait d’Óðinn un étranger : Snorri, dans le prologue de son Edda, fait venir Óðinn de Turquie en Allemagne, où il installe quelques-uns de ses fils sur les trônes des royaumes allemands. Ingunn démontre au contraire que Frigg et Freyja sont bien deux déesses distinctes dont le culte est apparu à des époques distinctes et que l’assimilation de l’une à l’autre ne s’est réalisée qu’après la christianisation des pays scandinaves, soit après l’an 1000, plus probablement aux XIIe et XIIIe siècles, époque de la rédaction de l’Edda de Snorri. 52Le géant Geirrøðr (« qui dirige la lance ») est parvenu à capturer Loki, l’un des dieux Ases. The Nordiques had some exciting young players in Owen Nolan and future Hall of Famers Mats Sundin and Joe Sakic, but Eric Lindros, the No. Rán est la souveraine des noyés (Egill, Sonatorrek 7, Friþjófssaga 6), et elle figure, remarquable continuité thématique à 2500 ans de distance, sur les pétroglyphes de Scandinavie avec son filet, cherchant à entraîner des marins au fond de l’eau. Chiefly used in the conditional: on lui donnerait le bon Dieu sans confession ("you'd think that butter wouldn't melt in his mouth"), je lui aurais donné le bon Dieu sans confession. C’est lui qui a certes introduit la guerre dans le monde en provoquant le premier conflit, celui de la guerre des Vanes (Ynglingasaga 4). 119C’est l’ancien dieu germanique du ciel, de la guerre et du þing, (rappelons que le þing est l’assemblée législative et judiciaire des hommes libres chez les Germains) le seul dieu dont on puisse déceler la grande importance dès l’époque indo-européenne. Le matin, ils aperçoivent un géant qui dort près de la salle. Þórr se présente avec son serviteur, Þjálfi. Il semblerait qu’il s’agisse d’une manière particulière de venger son père. Il ne fait que conférer la victoire, décider du sort de la bataille. Les Vanes donnent également le plus avisé d’entre eux, Kvasir. 175En sombrant, le moulin en mouvement a provoqué un énorme tourbillon dans la mer. Lorsqu’il présente sa requête à Hel, celle-ci accepte à une condition : que tous les vivants et les morts pleurent Baldr. Ils se mirent d’accord tous les deux pour demeurer alternativement neuf nuits à Þrymheimr et neuf nuits à Nóatún. Or, l’un des deux boite. les pommes d’Iðunn) qui nous est transmis par le Skáldskaparmál 1, la Haustlöng, poème (qui comporte une description) de bouclier (strophes 1-13, où la seule différence avec la version de Snorri est que la métamorphose d’Iðunn en noix n’est pas mentionnée) et par la Lokasenna 50, où Loki dit à Skaði, la fille de Þjazi : « J’ai été le premier et le plus ardent à sa mort quand nous attaquâmes Þjazi ! Le chat n’était en fait que le monstrueux serpent de Miðgarðr qui se love autour des terres et Þórr a été terrassé à la lutte par la vieillesse, dont le nom est précisément Elli ! La prestation de serment sur un anneau est abondammen attestée chez les Germains. Certaines d’entre elles s’éprendront de simples mortels. Dieu de l'abondance, du vent, de la mer. Or les espoirs que suscite cette chevauchée vont être cruellement déçus. Le rouge symbolise aussi la colère. Vör est au courant de tout et Syn (« refus ») est la gardienne des portes. 26Sa demeure à Ásgarðr est Hliðskjálf (= « tour de guet, mirador ») ; il s’agit d’un trône à partir duquel il peut observer le monde entier (Gylfaginning 9,17). Les principaux dieux vanes sont Njörðr, Freyr et Freyja. Ses fils sont Baldr (né de Frigg), Þórr (né de Jörð = « Terre », sans doute une figure de Frigg) et Váli, né de la géante Rindr (ou encore : Rinda). Table des matières :1. Cependant, on sait que Baldr reviendra après les ragnarök et que sur les champs qui n’ont pas été ensemencés la moisson mûrira (Völuspá, strophe 62) et que les troupes fidèles connaîtront le bonheur éternel (ibidem, strophe 64). Une association qui, pour les anciens peuples germaniques, était profondément ancrée dans … Snorri relate la mort de Baldr en y insérant l’assentiment de Hermóðr à la mission que lui propose Frigg, achève la description des funérailles et entame le récit de la chevauchée de Hermóðr. 61Son nom remonte à l’indo-européen *þunraz (vieux-haut-allemand Donar, allemand moderne Donner) et correspond à celui du dieu védique Indra et à celui du dieu celtique Tanaros, qui signifient tous deux « tonnerre ». 137Váli est fils d’Óðinn et de Rindr. Celui-ci prit peur et fit des serments, jurant qu’il s’arrangerait pour que l’artisan-forgeron fût privé de son salaire, quoi qu’il lui en coûtât.Et le soir même, lorsque l’artisan-forgeron s’en alla chercher des blocs de rochers avec le cheval Svaðilfari, une jument sortit au galop d’une forêt et se dirigea vers l’étalon en poussant des hennissements de rut. En Jésus Seul (Louange) - Peuples, bénissez notre Dieu, Faites retentir sa louange ! Cf. Dieu à tous les pouvoirs. Il dépêche son serviteur Skírnir (« l’éclatant »), auquel il confie son cheval et son épée afin qu’il demande la main de Gerðr en son nom. P. Guelpa, « Les déesses germaniques Frigg et Freyja », in : Cahiers de la Maison de la Recherche, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3 à Villeneuve d’Ascq (59653), Collection Ateliers, 37/2007, Représentations mythologiques du sentiment familial : autour de la haine et de l’amour, actes du Séminaire intensif sur les représentations mythologiques des rapports familiaux organisé par l’axe 3 « Systèmes de représentations des mondes anciens » de HALMA-UMR 8142 et « Figures et Formes des Imaginaires Antiques » du centre de recherche « Les imaginaires » de l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve, qui s’est tenu le mercredi 26 mai 2004 à l’Université Charles-de-Gaulle de Lille 3, p. 109-123. Les Orcadiens se souviennet encore aujourd’hui de « Groti-Fenni » et de « Groti Menni » ! 99La chevauchée de Hermóðr diffère des autres voyages en ceci : il s’agit d’obtenir de Hel la libération d’un dieu mort retenu par la déesse des enfers. Un char tiré par deux boucs, Tanngrísnir et Tanngnjóstr (ces deux noms signifient : « qui grince des dents » ; le grincement des dents est à mettre en rapport avec le crépitement des éclairs), ce qui lui vaut plusieurs surnoms : öku-Þórr (« Þórr qui voyage », du verbe aka, qui aujourd’hui en Islande correspond à l’allemand fahren), hafra dróttinn (« le seigneur des boucs »), hafra njótr (« utilisateur des boucs »), karms Týr (« dieu du char »), karms tollr (« tollet du cha r »), vagna verr (« homme aux voitures »). Le chapitre 4 de la Ynglingasaga nous apprend qu’Óðinn part en guerre contre les Vanes avec une armée. Loki lui glisse alors une branche de gui qu’il a préalablement taillé en forme de flèche et l’incite à tirer sur Baldr en lui indiquant la direction. Loki eut d’elle trois enfants. ». Si oui, il aurait été envoyé aux enfers pour en délivrer le dieu de la végétation, lequel serait revenu sur terre en petit enfant, ce qui nous ramène à Freyr, lequel reçoit un cadeau pour sa première dent (Grímnismál 5). Celui-ci, en voyant ses yeux, soupçonna que ce devait être un homme et lui ordonna de répondre, mais Loki se tut. Confession d'un fol en Dieu. : Briem, Ólafur : 1945 Heiðinn siður á Íslandi, Reykjavík et 1963 : Æsir og Vanir, Reykjavík, Studia Islandica 21, résumé en anglais p. 75-80). Les dieux sont furieux et Loki estime plus prudent de s’enfuir dans la montagne. Le marteau Mjöllnir peut être conçu comme un symbole phallique : le marteau qui vole dans les airs produit une décharge de foudre et la pluie qui va féconder la terre. Présenté dans le cadre enchanteur du Vieux-Montréal et du Vieux-Port, l’organisme offre aux familles des activités gratuites qui célèbrent la magie des Fêtes. À la fin, elles se mirent dans une fureur de géantes et détruisirent le moulin et la maison en moulant ce qu’elles voulaient : du feu, des armes et une armée ennemie. Il se tient constamment sur le pont, au bout du ciel, pour prévenir une éventuelle invasion des géants. 48Ce mythe du vol de l’hydromel poétique nous est enfin également transmis par les Hávamál 104-110. Ouvrage publié avec le concours du Conseil Scientifique de l’Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, Cahiers de la Maison de la Recherche, Lille 3, octobre 2004, p. 93-103. 42La consécration à Óðinn se faisait essentiellement par pendaison. Les valkyries exécutent la volonté d’Óðinn. Avec la forme de faucon de Freyja, Loki arrive au monde des géants, dont le souverain, Þrymr (« le grondant »), lui apprend qu’il est l’auteur du larcin, qu’il a caché le marteau à huit lieues sous terre et qu’il ne le rendra que si on lui donne pour femme la belle déesse Freyja. Il n’apparaît jamais dans les toponymes d’Islande et rarement dans ceux de Scandinavie continentale. D’où la notion de royauté sacrée chez les Nordiques. 88Sa demeure est Breiðablik (« large éclat »). Aussitôt, Þórr brandit Mjöllnir pour se venger d’avoir été joué de la sorte, mais Útgarðaloki et son château ont soudainement disparu. Þrymr se penche sous le voile pour embrasser sa promise, mais la flamme féroce qu’il découvre dans ses yeux le fait reculer. En cadeau, je recevrai UN ÉLÉGANT CARNET DE NOTES. Gangleri, dans la Gylfaginning 26 (le mythe d’Iðunn est rapporté également par les Skáldskaparmál 1), s’étonne de la responsabilité confiée par les dieux à Iðunn. Et puisque nous en sommes aux bénédictions, il est clair que Þórr déborde ici sur la première fonction dumézilienne. On les appelle aussi úlfheðnar (« peaux de loup »), sans doute parce qu’ils se vêtaient de peaux de loup. 98Ce n’est pas le seul dans la littérature nordique ancienne : nous avons, par exemple, deux poèmes de l’Edda, l’un mythologique, l’autre héroïque, qui en relatent un : Les Baldrs draumar (« Rêves de Baldr »), qui racontent comment Óðinn, inquiet au sujet de Baldr dont les rêves ne présagent rien de bon, se rend à Niflhel, l’autre monde, ressusciter une voyante morte et l’interroger sur l’avenir de Baldr. Skaði attache au-dessus de Loki un serpent venimeux dont le venin lui dégoute sur le visage. Elle punit les parjures. Le dies Jovi (« jour de Jupiter ») latin a été traduit par þórsdagr en vieux-norrois, donarestag en vieux haut-allemand, dunresdach en moyen-haut-allemand, þunresday III – Le Panthéon nordique : les dieux 85 en vieil-anglais et a donné Donnerstag en allemand moderne, thursday en anglais, torsdag en danois/norvégien/suédois et donderdag en néerlandais. 124Heimdallr nous est connu par un poème de l’Edda : 125La Rígsþula (« Poème mnémotechnique de Rígr »), qui est un poème didactique de 48 strophes en málahátr, d’une venue toute aristocratique (mépris des non-libres, exaltation de l’élite et du roi, ainsi que le note R. Boyer, op. Les Ases élèvent le loup. Montréal en Fêtes, c’est l’événement phare des célébrations du temps des Fêtes à Montréal. Freyr contraint alors Gerðr à donner son consentement en la menaçant de lui graver des runes magiques : « Je te graverai un þurs (rune þ : q) et trois bâtons qui signifient : honte, folie et agitation » (Skírnismál 36). Finalement, le chaudron arrive chez les Ases et Ægir est en mesure d’y brasser la bière. Viðurs þýfi : « larcin d’Óðinn », chez Egill Skallagrímsson, Sonatorrek 1. C’est un roi de Danemark qui a été banni et a dû entreprendre de longs voyages. nécessaire]. Ce nom lituanien est d’ailleurs à mettre en relation avec le latin quercus (Cf. De plus en plus de gens recherchent un nom d'inspiration nordique pour leurs nouvelles créatures (y compris les enfants). 117Týr est très effacé dans les Eddas. Loki le capture et exige de lui, comme rançon, tout l’or que le nain possède et qui est caché dans un rocher sous l’eau. Prénom et signification : Ce prénom nordique pour garçon signifie « son nom est Dieu » en hébreu. 62Il est le fils d’Óðinn (Skáldskaparmál 4, Þrymskviða 21,32, Hymiskviða 2, 35) et le frère de Baldr (Þjóðólfr, Haustlöng 16). Apply on company website Save. En compensation du meurtre de son père, Óðinn prit les yeux de Þjazi, les lança dans le ciel et en fit deux étoiles (Skáldskaparmál 1). C’est ce que nous allons voir maintenant. 103Dans ces conditions, la chevauchée de Hermóðr au séjour de Hel ne serait d’après certains chercheurs que l’expression d’un mythe naturaliste (James George Frazer, « Balder the Beautiful » dans The Golden Bough. Bragi Boddason l’appelle Gungnis váfaðr : « le secoueur de Gungnir », Egill Skallagrímsson dit qu’il est le geirs dróttinn : « le seigneur de l’agie r ». 148Brokkr et Loki s’en retournent chez les Ases avec chacun leur lot d’objets. Hyndla veut faire boire à Óttarr de la bière empoisonnée, mais grâce à une formule magique, Freyja ôte le poison de la bière, qui sera finalement bue sans dommages par Óttarr. 138-139 Publisher: PERSÉE : Université de Lyon, CNRS & ENS de Lyon